ProduitView more

OMax

Un outil d'improvisation automatique et interactif dans Max.

Utilisant des techniques issues de l’apprentissage automatique (Machine Learning) et des langages formels, OMax apprend de manière non-supervisée, à partir d’un flux Midi ou même d’un flux audio produit par le musicien.

Le processus sous-jacent à cette interaction peut être nommé “réinjection stylistique”. Le musicien est informé en continu par plusieurs sources formant un feed-back complexe. Il s’écoute jouer, il écoute les autres dans le présent, tout en mémorisant des images sonores qui dérivent ainsi du présent vers le passé. De la mémoire à moyen et à long terme, ces motifs, combinés à des images encore plus anciennes (répertoire, apprentissage), peuvent revenir en ayant subi plusieurs transformations, dont une des plus communes en improvisation est la recombinaison. D’une certaine manière, OMax modélise un tel processus mémoriel et permet de le “réifier”, et donc de le donner à entendre. Il réinjecte alors des figures musicales issues du passé (immédiat ou à long terme) de la performance sous forme de reconstruction à la fois semblable et innovante, et fournit au musicien des stimuli à la fois familiers et subversifs.

Les improvisateurs de bon niveau réagissent en général à leur “clone” d’une manière créative et, l’expérience le confirme, avec un intérêt tout particulier pour un “sujet musical” qui les stimule tout en bouleversant leurs habitudes de jeu en les poussant à s’adapter à une situation inédite.

Des improvisateurs de premier plan (dont Bernard Lubat et Mike Garson, élèves de Bill Evans) ont expertisé OMax et fourni un retour précieux qui a permis de fixer les heuristiques nécessaires au-delà du modèle formel. Certaines de ces sessions sont visibles sur le site http://repmus.ircam.fr/omax/examples.