TribuneView more

Un orgue microtonal contrôlé par OpenMusic

fokker-keys

Regard sur un instrument unique : L’orgue Fokker en tempérament égal de 31 tons du Muziekgebouw d’Amsterdam. Forty-nine a été composé entièrement dans une Maquette OpenMusic grâce aux capacités de cet environnement à gérée la microtonalité et le tempérament égal. La conversion MIDI dans OpenMusic a été adaptée à la spécificité de l’orgue Fokker.

FORTY-NINE, FORTY-NINE (2011) pour Orgue Fokker

by CHRISTOPHER TRAPANI

Forty-nine, Forty-nine a été composé pour l’orgue Fokker, un orgue microtonal récemment restauré et installé au Muziekgebouw aan ‘t IJ à Amsterdam.Le titre de la pièce fait référence à deux modes de hauteurs déterminées utilisées dans la pièce — celle utilisant une série de partiels comme guide (la pièce commence avec le 7ème et le 49ème partiels à partir d’un Sol grave d’environ 49 Hz, approximation admirablement réalisée par l’orgue Fokker) et la combinaison d’une échelle Huygens-Fokker et de 49 pas représentants un tempérament égal de 12 tons utilisés tout au long de la pièce.

L’orgue Fokker est accordé en tempérament égal de 31 tons, avec un écart de 38.71 cents entre chaque hauteur. L’orgue possède deux manuels avec deux registres chacun, et un pédalier d’une tessiture d’une octave plus une quarte. Le clavier inhabituel utilise des touches blanches, noires et bleues, organisées par des tierces tuilées. Ce dispositif permet en un jeu horizontal à travers le clavier pour obtenir les tierces, et en diagonal ascendant de jouer en « juste ». Dans cette video, je montre trois tierces « justes » , chacune à une distance de 10 « pas » à l’orgue (387.1 cents), pour un total des 30 « pas » — ou juste une octave moins 38.7 « pas ». Je joue après une « fausse octave » suivie par une cadence en Sol avec une 7eme assez proche de la 7eme du spectre harmonique en « just intonation », suivie encore une fois par une tierce majeure « juste » en Do – Mi.

L’orgue Fokker est pourvu aussi par un MIDI in/out et donc peut jouer des séquences préparées au préalable à l’instar d’un disklavier ou un piano automate. Forty-nine, Forty-nine est entièrement contrôlé par MIDI et « interprété » en le connectant à un laptop (ordinateur portable) qui exécute la partition MIDI et le transmet à l’orgue.

Forty-nine, Forty-nine a été entièrement conçu dans l’environnement MAQUETTE d’OpenMusic, et puis exporté en tant que fichier MIDI pour être jouée à l’orgue.
Dans OpenMusic, j’ai pu intégré l’accord de l’orgue Fokker et ce, dans les deux interfaces , compositionnelle et visuelle. J’ai construit une suite d’outils et de gestes, –des sinueuses chaînes d’accords de trois sons, d’accords brisés, des glissandi avec quelques notes tenues, des balayages ascendants et descendants et des patterns en staccato, — ceux-là devenant les piliers de la pièce. Le matériau principal de la pièce consiste en des accords de trois sons construits à partir de lignes fuyantes. Quelquefois celles-ci progressent rapidement en position serrée, ou souvent, en une combinaison superposée donnant l’impression de plusieurs vitesses de mouvements,– comme au début, où une série d’accords longs et extrêmement espacés sont entendus en même temps  qu’une section rapide dans le registre moyen comme voici :

Le but est de toujours mettre en avant le tempérament unique de l’orgue par les intervalles qui peut les approximés au mieux : la tierce majeure « juste », la tierce « neutre » (9/11), le septième harmonique… Plus loin dans la pièce, des accords « spectraux » arpégés (à partir de la série harmonique utilisant des degrés différents de densité et de déviation) ponctuent un accord de deux sons ou une mélodie d’accord dans le registre médium en hommage à Nancarrow … On peut voir ici une « partition ». Les trois rangées de boîtes correspondent aux deux claviers et le pédalier, et contiennent du matériau musical envoyé à l’orgue. Les flèches représentent les changements de registration.

Forty-nine, Forty-nine a été crée le 27 Février 2011 au Muziekgebouw aan ‘t IJ à Amsterdam.

Enregistrement de Forty-nine, Forty-nine ici:

L’écoute sur casque ou un système stéréophonique est recommandée pour la perception des fréquences graves.

Mes remerciements à  Mikhail Malt et Jean Bresson de l’IRCAM et à Danny de Graan  d’Amsterdam pour leurs conseils techniques, Turgut Erçetin pour l’enregistrement, et tout particulièrement Sander Germanus du Stichting Huygens-Fokker pour la logistique et la programmation.

— — — — — — — — — —

Christopher Trapani est compositeur américain, actuellement en résidence à l’IRCAM au sein de l’équipe MuSync, où il réalise un project sur le suivi du canon rhythmique en temps réel avec Antescofo~, dans le cadre d’une résidence en recherche musicale.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.